Ep.2 : Le sucre, élément essentiel du partage

L’atmosphère étant étrangement redevenue calme, dans un brusque silence solennel, nous nous regardions comme si une révélation venait d’être annoncée. Certainement un peu déconcertante, cette affirmation nous avait curieusement inspirés. A cet instant précis, les fondements de la théorie du sucre étaient nés…

A présent, vous pouvez laisser votre imagination déborder, votre esprit s’envoler, prendre de la hauteur sur cette scène incroyable. L’ambiance de la pièce toujours aussi chaleureuse favorisait d’autant plus la communication et le partage. On pouvait y voir physiquement les échanges entre les personnes présentes. Sucrée comme idée me direz vous. Et bien, c’est exactement ce qu’il se passe.

Le sucre rend addict, locution bien étrange mais au fond pleine de sens. Le sucre est addictif… Si tel est le cas il faudra bien admettre qu’une personne peut être rendue addicte par le simple fait d’avoir consommé ou avoir été en contact d’une source de sucre. Peut-on alors considérer que l’on peut recevoir du sucre ? Si c’est le cas, peut on en émettre ? Si celui-ci rend addict, nous pouvons alors considérer qu’une personne transmet du sucre à une autre de façon à créer une dépendance envers son émetteur…

Dans le concept qui suit, le sucre doit être considéré comme un élément de partage, de communication d’échange. Le sucre permet d’offrir, de rendre heureux, de permettre à  une tierce personne de s’épanouir. En contre partie, il se prive de la quantité de sucre qu’il émet. Rendre heureux a un coup tout de même…

flux.jpg

Dans un environnement calme et reposé, nous pouvions apercevoir les échanges autour de nous. Nous émettions et recevions en continu. Certains, plus chaleureux et enjoués que d’autres semblaient posséder un capital sucre nettement plus important. Même à quelques mètres de leur table, nous pouvions profiter de l’atmosphère sucrée qu’ils diffusaient. Nous pouvions noter une chose importante : Emettre ou recevoir, tel est le sucrage. En effet, tandis que certains plus timides se construisaient un capital sucre avant de progressivement s’ouvrir au monde et d’émettre à leur guise. D’autres, plus populaires, passaient leur temps à émettre en attendant de percevoir des réponses dans sa réception. Par ce phénomène, nous apprenions quelque chose d’important pour la suite. L’émission spontanée de sucre est divisée en deux parties. Une partie continue et non contrôlable dépendant du capital sucre de la personne. Une seconde, totalement régulable permettant à une personne d’exprimer son bonheur en le transmettant. Son aura sucrée peut donc être perçue et appréciée et permettant, ou non, d’en chercher les causes.

Vous comprendrez bien qu’à ce moment précis de la soirée, l’atmosphère chantante et chaleureuse ressemblait en réalité à un nuage coloré où l’on pouvait percevoir les échanges sucrés entre chaque personne et ainsi l’évolution du bien être ambiant dans la pièce.

Tout à coup, l’ensemble des flux sucrés changent de direction pour s’orienter vers la porte et semblent absorbés par celle-ci. La porte s’ouvre progressivement et les flux semblent s’intensifier. Une main dépasse tandis que la porte est quasiment totalement ouverte. Alors que tout le bonheur de la pièce semblait s’échapper par l’endroit où l’on y entrait, une figure massive se présentait à l’entrée du bar…

La suite, au prochain épisode…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.