Episode 4 : Kids Soupkitchen

Dimanche 18 août – 7h00

Un doux son de piano berce mes rêves. Après quelques (longues) minutes, je comprends que c’est le réveil de Nathan qui vient de se mettre en marche.
Lever à 7h un dimanche ?!
Moi qui pensais que les dimanches étaient faits pour dormir…

Pour mieux comprendre pourquoi notre cher Nathan a réglé son réveil sur une heure si matinale, revenons 24h en arrière.

Nous sommes là, à deux pas d’Havana, un des ghettos les plus pauvres de la ville.
Tommy le responsable de la Kids Soupkitchen (soupe populaire) du quartier nous guide dans le plus grand supermarché du coin (par grand, comprenez qu’ils vendent plus de 5 fruits et légumes différents et qu’il y a six caisses !!) à travers les rayons pour acheter ce dont nous aurons besoin demain.

Tous les dimanches, cette Kids Soupkitchen cuisine un vrai repas pour les enfants du bidonville.
Durant la période scolaire, il peut y avoir jusqu’à cinq cent enfants. En ce moment, puisque c’est les vacances, beaucoup d’enfants sont dans les fermes de leurs parents. Entre 200 et 300 enfants sont donc attendus demain.

Néanmoins, pour pouvoir cuisiner pour tous ces enfants, la Kids Soupkitchen a besoin d’un « sponsor » qui achète la nourriture, vient cuisiner et sert le repas le dimanche.

Nathan en grand gentleman à décidé de donner le salaire qu’il a perçu lors de ses concerts, afin de financer le repas des enfants.
Cela fait donc plusieurs semaines que nous motivons les troupes autour de nous, au BackPack, au BNC pour rassembler une équipe de volontaires pour cuisiner !

Résultat : en plus de nous, Javier, Julia, Johanna, Yannick, Mona, Nina, Cristiana et Ngutjiua seront de la partie !
Une belle équipe internationale : Allemagne, Autriche, Espagne, Namibie et France !

Au programme : une bonne dizaine de kilos de riz accompagnés d’une ratatouille aux légumes et pommes de terre.
Pour le dessert, en bon nanos flambeurs, nous avons fait le choix de cuisiner un gigantesque gâteau à la banane.
Autant vous dire que notre samedi soir ne s’est pas terminé sur une piste de danse…
Je vous dirais bien, d’une façon poétique, que la délicate danse des blancs d’œufs montés en neige a parfaitement mis en valeur l’intense saveur des bananes écrasées.
Que l’éclat des jaunes d’œufs a intrépidement accueilli la fine cassonade et que c’est au sein de la chaleur rougeoyante du four que le tout s’est sublimé pour atteindre la forme la plus complète qui soit : un onctueux et succulent met prêt à ravir les papilles des enfants et combler leur odorat avant de s’abandonner dans les profondeurs de leurs intestins.

Mais la vérité est que Ugo n’a rien trouvé de mieux que d’écraser les quarante bananes avec ses poings et qu’après avoir battu soixante blancs en neige, le batteur était plus chaud que Justin derrière une caisse claire.
Nous avons dû utiliser deux saladiers et Olivier a mis moins de farine dans le second ce qui a plutôt donné un fondant à la banane. Pas facile à découper quand on doit le servir à plus de deux cent personnes !

But anyway, nous y sommes parvenus et il est temps d’aller dormir. Une grosse journée nous attend.

Un doux son de piano berce mes rêves. Après quelques (longues) minutes, je comprends que c’est le réveil de Nathan qui vient de se mettre en marche.
Il est 7h et pour une fois, la plupart des gens sont réveillés dans le BackPack !
Nous nous sentons investis d’une mission importante lorsque nous sortons à la recherche de taxis.

Une fois sur place, tout va très vite. Nous commençons à découper les oignons, carottes et pommes de terre. Justin, Nathan et Ugo s’occupent d’allumer le feu de camp pour la cuisson du riz.
Après avoir fini de couper les légumes, nous nous rendons compte que nous avons oublié de sortir les (très grosses) saucisses du congélateur…
C’est à ce moment qu’on est content d’être scout ! Finalement couper une (très grosse) saucisse congelée, ce n’est pas vraiment différent de scier une bûche !

Lorsque tout est en train de cuire, Ugo et Olivier sortent le djembé et la guitare.
Tommy rassemble les enfants.
Ils sont plus d’une centaine à attendre la première note silencieusement.

Nos deux musiciens en herbe commencent par un Jimmy de Moriarty.
C’est un moment sublime.
La musique permet une rencontre interculturelle et un échange humain si simple.
Des regards se croisent, des sourires se dessinent sur les visages et le bruit des mains qui claquent accompagnent l’écho des chants qui se fait entendre dans le quartier.
Hallelujah, Riptide, Cheap Thrills, Old Town Road…
Puis le moment vient de chanter « We Will Rock You ».
Les enfants, tous en cœur, tapent énergiquement deux fois sur leurs jambes, une fois dans leurs mains.
Boom Boom Tac – Boom Boom Tac
« Buddy you’re a boy makin’ big noise…
[…]
« WE WILL, WE WILL, ROCK YOU »

Magique.

Une telle connexion, un tel partage, nous nous sentions légers, détendus, sereins.
C’est comme si l’amour que nous étions venus donner s’était répandu grâce à la musique et que désormais chacun pouvait sentir cette énergie vibrer entre nous.

Nous n’étions plus des volontaires cuisinant et des enfants venant manger, nous étions désormais un groupe construit autour du partage et de la rencontre.

L’heure du service est vite arrivée et les enfants ont pu remplir leur estomac avec un repas complet et varié.
Le gâteau en dessert en a ravi plus d’un, malgré la façon plutôt barbare qu’Ugo a utilisée pour écraser les bananes.

Une fois toutes ces bouches nourries, nous avons suivi Tommy et son équipe à travers le bidonville pour découvrir la vie des enfants que nous venions de rencontrer.
Pour en savoir plus sur cette expérience, rendez-vous au prochain épisode…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.