La bataille de Citron Coco

1716: la piraterie Atlantique est à son apogée. L’océan, géopolitiquement crucial, est loin d’être un havre de paix.

Tandis que les forçats des mers parcouraient ces eaux sans fin à la recherche de navires à piller et couler, une petite île du nom d’Ushukela, demeurait inconnue des cartes. L’épaisse brume qui la bordait ayant, jusqu’alors, rebuté les flottes à aller plus loin. La légende de cette île paradisiaque échappant à la rage des combats navals était bien connue de tous, mais personne hormis quelques ivrognes affabulateurs somnolant dans des tavernes poussiéreuses n’était en mesure d’affirmer l’avoir vue de ses propres yeux. Les expéditions qui s’aventuraient dans la brume n’en revenaient jamais, et les marins, bien que téméraires, tenaient à la vie.

ile brume

Au cœur de ces guérillas incessantes, trônait le gouverneur Cojones aussi connu sous le nom de Jambe de fer. Il s’était fait une réputation sanglante en coulant plus de 100 navires de pillards afin de rétablir l’ordre sur les côtes françaises. On raconte qu’il pouvait aborder un bateau à lui tout seul en le rattrapant à la nage. Cependant les attaques ne faiblissaient pas et pour chaque navire coulé, il en voyait 3 nouveaux surgir.

Le commerce maritime devenant presque suicidaire, l’intrépide gouverneur prit la décision de partir sur un unique navire en exploration à travers ces brumes océanes dans l’espoir de découvrir un itinéraire loin des eaux ensanglantées par les pillages à répétition. L’intime conviction que l’île d’Ushukela existait hantait ses rêves et occupait son esprit même au beau milieu des combats. Malgré son apparence austère et son attitude stoïque en toute circonstance, il n’aspirait qu’à se retirer dans un endroit paisible et protégé pour enfin être en harmonie avec la nature et offrir à ses hommes  un oasis de sérénité.

Il demanda à l’amiral Corplot réputé pour sa chance et ses talents de meneur d’homme de l’accompagner dans cette expédition jugée suicidaire par tous les marins. Il n’en fallait pas plus que l’appel de l’aventure pour convaincre l’amiral alias le Grand Führer. Fidèle à sa réputation, il lui rassembla en un rien de temps un équipage des plus déterminés et compétents loups de mer, prêt à mettre les voiles.

C’est ainsi que le Navire, surnommé Coco en hommage à ces intrépides explorateurs, mit les voiles en direction de cette mystérieuse brume.

navire

Après de longues semaines de navigation, les colons observaient la brume s’épaissir à vue d’oeil. Leur champ de vision désormais réduit à quelques mètres, ils avançaient. La faim les taraudait et le manque d’eau potable devenait critique.

Ils avançaient lentement.

L’air, glacial, asséchait leurs poumons et, l’équipage jusqu’ici exemplaire de courage et de ténacité, commençait à perdre sa lucidité.

Un par un, les membres de l’équipage s’évanouissaient.

La vision des capitaines se brouillait peu à peu…

POC !

Le gouverneur se réveilla en sursaut. Il avait reçu un choc assourdissant sur le crâne. Il sonda les alentours et aperçu à ses pieds cette noix de coco, brisées en deux par le choc.

coconut

C’est alors que cette première noix fut rejointe par une seconde qui réveilla un autre colon. Puis une troisième.

Bientôt, tout l’équipage était debout, et les noix de coco continuaient de tomber.

Le gouverneur, les yeux rivés vers l’horizon, scrutait les alentours pour résoudre le mystère.

C’est alors qu’il aperçut un second navire non loin.

Un équipage pirate au grand complet se dressait sur le pont, les yeux rivés sur le Coco et le sabre au poing. Debout sur la proue, gesticulant dans tous les sens pour transmettre ses ordres se dressait le tristement célèbre Capitaine Cid alias le Fou bouclé. Personne ne pouvait se vanter d’avoir croisé sa route et de s’en être sorti indemne. Dans ses accès de démence, il fonçait sur les navires qui avaient l’audace de croiser sa route pour les envoyer par le fond en les harponnant à l’aide d’immenses piques. A la barre, droit comme un I et le regard dans le vide, se tenait le Docteur Neutron. On le reconnaissait de loin, toujours élégant et de rouge vêtu, son perroquet n’était jamais loin. Bourreau et homme de main du capitaine, il devait probablement réfléchir à ses prochaines expériences sur ses prisonniers. Les rares survivants de ses expériences l’avaient surnommé le Crisseleur, disant qu’il rendait folles ses victimes en leur faisant écouter des sons terrifiants.

équipage

Le poil du gouverneur se hérissa à ces pensées. Comment se faisait-il que ces deux semeurs de chaos rôdent aussi loin des combats habituels? A l’aide de sa longue vue, il put lire le mot “Citron” inscrit sur la coque du bateau.

L’équipage du Citron, assaillait le Coco en le bombardant de noix de coco sans relâche. Cette pluie de projectiles s’écrasait sur le navire dans un fracas assourdissant, démolissant tout ce qu’elle touchait! Le temps qu’il réalise ce qu’il se passait, des noix avaient déjà percé les voiles et abîmé la coque du précieux navire.

bataille

L’expédition ayant pour but la découverte et l’ouverture d’un nouvel itinéraire, le navire n’était pas équipé pour combattre, et, si les noix de coco continuaient de tomber, le Coco et son équipage finiraient dans les abysses, oubliés à jamais. L’expédition serait un échec.

Le capitaine ne pouvait accepter cela. Il devait riposter et sauver l’expédition par n’importe quel moyen! Il ordonna à son équipage de combattre l’équipage ennemi en se munissant de tous les projectiles possibles… c’est à dire les noix de cocos, n’ayant plus rien à bord après ces longs mois d’expédition.

La bataille commença.

coco

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.